Conseils pour réaliser votre cahier des charges

Voici quelques conseils et un plan type de cahier des charges.

Le plus important pour commencer :  un cahier des charges n’est pas un document « scolaire ». C’est un outil destiné à guider l’équipe qui va évaluer et mettre en œuvre le projet. Il faut garder ceci en tête afin de rester focalisé.

Portrait of handsome office worker making notes
Conseils pour rédiger un cahier des charges

Afin de couvrir l’ensemble, nous proposons de rédiger votre CdC selon le plan type suivant :

  1. Documents de référence
    Si le CdC résulte de certains documents ou réunions, ils est indispensable de les indiquer ici pour pouvoir s’y référer si besoin.
  2. Présentation générale du projet et objectifs fonctionnels
    Il est intéressant de présenter le projet en quelques lignes. Inutile d’en faire des tonnes ou de rappeler l’historique de votre entreprise sur 20 ans.
    Les objectifs à atteindre sont des points fondamentaux qu’il est nécessaire de poser noir sur blanc dès le départ.
  3. Description de l’environnement technique cible
  4. Structure du projet
    1. organisation des contenus (arborescence par exemple)
    2. référencement naturel & webmarketing
  5. Terminologie
    Quelquefois, le métier impose un jargon qu’il est important de définir pour les non initiés. Cela permet d’éviter les erreurs et les malentendus.
  6. Détail des fonctionnalités du Front office
    1. fonctionnalité 1 : définition de la fonctionnalité, Critères et conditions de fonctionnement, Contraintes et flexibilité. Voir plus bas…
    2. fonctionnalité 2
    3. fonctionnalité n
  7. Détail des fonctionnalités du Back office
    1. fonctionnalité 1
    2. fonctionnalité 2
    3. fonctionnalité n
  8. Orientations graphiques et ergonomiques
  9. Sauvegardes, persistance des données, plan de reprise d’activité
  10. Lotissements, jalons & délai

Concernant le détail des fonctionnalités

Chaque fonctionnalité doit être isolée et détaillée. Voici un exemple :

Fonctionnalité 61 – Connexion

Définition

La connexion au site se fait par un couple login et mot de passe.

Critères et conditions de fonctionnement

Le formulaire de connexion sera disponible sur toutes les pages publiques si l’internaute n’est pas connecté. Une page spécifique dédiée à la connexion existera aussi.

Le login sera toujours un email.
Le mot de passe sera celui choisit par l’internaute lors de l’inscription ou du changement de mot de passe.
L’ensemble des pages proposant des fonctionnalités à l’internaute seront accessibles uniquement en mode authentifié.

Les autres pages seront publiques.

En cas de réussite du login, l’utilisateur sera redirigé soit sur sa landing page par défaut ou sur la page protégée d’origine si l’information est disponible dans le contexte.

Contraintes et flexibilité

Lorsque la personne est connectée elle a la possibilité de se déconnecter par un simple clic sur un lien ou bouton.

Fonctionnalité 63 – Mot de passe oublié / nouveau de mot de passe

Définition

Un lien « mot de passe oublié » permettra à l’internaute de changer son mot de passe de manière sécurisée.

Critères et conditions de fonctionnement

L’internaute recevra un email à l’adresse de son compte lui permettant de cliquer sur un lien temporaire et sécurisé. Ce lien le dirigera vers une page spécifique du site qui permettra de rentrer un nouveau mot de passe.
Un indicateur de robustesse du mot de passe sera disponible.
A la fin du processus, l’internaute sera informé de la réussite de la manipulation et sera redirigé sur une page de connexion.

Contraintes et flexibilité

Le liens devra contenir une méthode d’authentification temporaire de l’internaute vers la page spéciale.
La durée de l’authentification temporaire sera à déterminer (2h paraissent raisonnables).
Le mot de passe devra contenir au minimum 8 caractères avec au minimum un mélange de lettre et de chiffres. Majuscules et minuscules seront différenciées.

Vous savez tout, maintenant c’est à vous !

Comment accéder au web invisible ? DeepWeb vs Google

Malgré les milliards de pages indexées par Google et ses confrères classiques, certains estiment qu’il reste encore beaucoup d’informations cachées et difficilement accessibles.

Il existe certains moteurs de recherche spécialisés dans la recherche sur le web invisible appelé DeepWeb.

iceberg

Les raisons sont nombreuses : format de fichiers non standards, base de données non indexées, veilles pages, algorithmes de pertinences des moteurs de recherche, etc. On considère que le web « visible » indexé n’est que la partie émergée de l’iceberg. Il existe encore 80% l’information qui reste cachée.

Alors comment accéder au web invisible en dehors de Google ?

On y accède par ricochet en cherchant indirectement ce type de site :

  • Les archives du web : https://archive.org/ archive l’historique des sites internet depuis des dizaines d’années. Vous pouvez y faire un peu d’archéologie digitale et dénicher une perle rare.
  • Les bibliothèques : leur catalogue n’est disponible que sur leur site. En France nous avons Gallica de la BNF. Il en existe des dizaines spécialisées par domaine. Cherchez le votre.
  • Les bases de données gratuites et payantes. Ex:  Insee, etc.
  • wolframalpha : est un système un peu différent. Posez une question et il y répondra. Voici quelques exemples ici : http://www.wolframalpha.com/examples/?src=input
  • le Darknet : il existe plusieurs moteurs Darknet (ToR par exemple).

Avertissement :  le DeepWeb regorge de moteurs de recherche underground. Ils sont souvent la porte d’entrée pour les virus, malwares et autres bonnes nouvelles. Je vous invite à ne pas vous en servir sans prendre de TRES grandes précautions.

Préférez les sites officiels !

Bien sur l’accès à l’information n’est pas aussi simple qu’avec un Google ou un Bing. Cela demande un peu plus de savoir faire.