Combien coûte un logiciel sur-mesure ?

Combien coûte un logiciel professionnel ?

Un logiciel sur-mesure, pourquoi faire ?

A l’instar de la création d’un site internet, développer un logiciel professionnel sur-mesure, c’est comme bâtir une maison. Dans un premier temps, vous aurez les fondations, les murs et le toit. Viendra par la suite, la peinture, la décoration et tout les petits détails qui feront que votre maison est unique.

Développer un logiciel sur mesure, c’est un peu la même chose. Le développement démarrera par une idée primaire, ce dont vous avez besoin, par exemple, convertir vos tableaux Excel pour aller plus vite et gagner en fiabilité. Puis viendront, ensuite, les petits détails annexes qui rendront votre logiciel le plus efficace pour votre métier.

L’utilité d’un logiciel sur-mesure c’est qu’il réponde à vos attentes et contraintes métiers. En somme, avoir un logiciel professionnel a permis à nos clients d’aller plus vite et d’automatiser certain processus, les rendant plus efficaces.

de l'idée à la création
de l’idée à la création

Mais alors, combien coûte un logiciel sur-mesure ?

Comme pour votre maison, le prix d’un logiciel sur-mesure se calcul en fonction de ce que vous demandez comme fonctionnalités mais aussi en temps de développement. Pour un développement basique, comprenant de la collecte de données et son traitement, comptez 15 000 euros. Si vous souhaitez un logiciel plus complet avec des fonctionnalités plus poussées comme la prévision de panne, la facturation en ligne, la signature électronique…Les prix peuvent aller jusqu’à 80 000 euros et plus.

Le prix final dépend du nombre de fonctionnalités que vous souhaitez, de leur complexités et du temps de développement.

A savoir que la conception de logiciel n’a pas de limite. A chaque idée, chaque besoin, une solution est possible.

Vous souhaitez en savoir plus ou effectuer un devis ? cliquez ici

N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux :

linkedin    twitter     fb     insta

Conseils pour réaliser votre cahier des charges

Voici quelques conseils et un plan type de cahier des charges.

Le plus important pour commencer :  un cahier des charges n’est pas un document « scolaire ». C’est un outil destiné à guider l’équipe qui va évaluer et mettre en œuvre le projet. Il faut garder ceci en tête afin de rester focalisé.

Portrait of handsome office worker making notes
Conseils pour rédiger un cahier des charges

Afin de couvrir l’ensemble, nous proposons de rédiger votre CdC selon le plan type suivant :

  1. Documents de référence
    Si le CdC résulte de certains documents ou réunions, ils est indispensable de les indiquer ici pour pouvoir s’y référer si besoin.
  2. Présentation générale du projet et objectifs fonctionnels
    Il est intéressant de présenter le projet en quelques lignes. Inutile d’en faire des tonnes ou de rappeler l’historique de votre entreprise sur 20 ans.
    Les objectifs à atteindre sont des points fondamentaux qu’il est nécessaire de poser noir sur blanc dès le départ.
  3. Description de l’environnement technique cible
  4. Structure du projet
    1. organisation des contenus (arborescence par exemple)
    2. référencement naturel & webmarketing
  5. Terminologie
    Quelquefois, le métier impose un jargon qu’il est important de définir pour les non initiés. Cela permet d’éviter les erreurs et les malentendus.
  6. Détail des fonctionnalités du Front office
    1. fonctionnalité 1 : définition de la fonctionnalité, Critères et conditions de fonctionnement, Contraintes et flexibilité. Voir plus bas…
    2. fonctionnalité 2
    3. fonctionnalité n
  7. Détail des fonctionnalités du Back office
    1. fonctionnalité 1
    2. fonctionnalité 2
    3. fonctionnalité n
  8. Orientations graphiques et ergonomiques
  9. Sauvegardes, persistance des données, plan de reprise d’activité
  10. Lotissements, jalons & délai

Concernant le détail des fonctionnalités

Chaque fonctionnalité doit être isolée et détaillée. Voici un exemple :

Fonctionnalité 61 – Connexion

Définition

La connexion au site se fait par un couple login et mot de passe.

Critères et conditions de fonctionnement

Le formulaire de connexion sera disponible sur toutes les pages publiques si l’internaute n’est pas connecté. Une page spécifique dédiée à la connexion existera aussi.

Le login sera toujours un email.
Le mot de passe sera celui choisit par l’internaute lors de l’inscription ou du changement de mot de passe.
L’ensemble des pages proposant des fonctionnalités à l’internaute seront accessibles uniquement en mode authentifié.

Les autres pages seront publiques.

En cas de réussite du login, l’utilisateur sera redirigé soit sur sa landing page par défaut ou sur la page protégée d’origine si l’information est disponible dans le contexte.

Contraintes et flexibilité

Lorsque la personne est connectée elle a la possibilité de se déconnecter par un simple clic sur un lien ou bouton.

Fonctionnalité 63 – Mot de passe oublié / nouveau de mot de passe

Définition

Un lien « mot de passe oublié » permettra à l’internaute de changer son mot de passe de manière sécurisée.

Critères et conditions de fonctionnement

L’internaute recevra un email à l’adresse de son compte lui permettant de cliquer sur un lien temporaire et sécurisé. Ce lien le dirigera vers une page spécifique du site qui permettra de rentrer un nouveau mot de passe.
Un indicateur de robustesse du mot de passe sera disponible.
A la fin du processus, l’internaute sera informé de la réussite de la manipulation et sera redirigé sur une page de connexion.

Contraintes et flexibilité

Le liens devra contenir une méthode d’authentification temporaire de l’internaute vers la page spéciale.
La durée de l’authentification temporaire sera à déterminer (2h paraissent raisonnables).
Le mot de passe devra contenir au minimum 8 caractères avec au minimum un mélange de lettre et de chiffres. Majuscules et minuscules seront différenciées.

Vous savez tout, maintenant c’est à vous !

Les KPI du content marketing

Les Key Performance Indicators, ou indicateurs clés de performance, sont des indicateurs utilisés pour mesure l’efficacité d’une action, d’une stratégie…

L’un des principaux problèmes du content marketing est justement la difficulté à mesurer le succès des actions entreprises.
C’est pourquoi Hubspot et Smart Insights ont interrogé des marketeurs pour leur demander quels KPI ils utilisaient.
Et voici les résultats:

Une grande majorité de marketeurs regardent donc le nombre de visites de leur site en priorité (qui peut être observé avec Google Analytics par exemple) , avec le nombre de visiteurs uniques et les visiteurs qui étaient déjà venus pour 76% des marketeurs interrogés, puis le nombre de partages sur les réseaux sociaux ainsi que les leads obtenus pour 66% et 62%.

De plus, 67% des marketeurs interrogés ont dit produire plus de contenus en 2016 qu’en 2015, et 6% en produisent moins (27% ont gardé la même production), malgré le risque de content shock, à savoir qu’il y a plus de contenu disponible que le visiteur peut voir, créant une véritable compétition pour être l’article que le visiteur lira.
Une alternative à ce content shock est de produire moins de contenu mais de meilleure qualité.

Voilà maintenant vous avez quelques idées de KPI intéressants à surveiller en content marketing.
N’hésitez pas à nous proposer les vôtres, ici ou sur Twitter ou Linked In !

 

LinkedIn: publier un article

Kreatys LinkedIn
Si votre entreprise ou vous-même êtes sur LinkedIn et vous souhaitez publier du contenu, voici quelques petites explications.

Kreatys LinkedIn

Si vous vous lancez dans la publication sur LinkedIn, sachez qu’il y a 3 types de publications, les nouvelles, les photos et les articles ou posts.

linkedin partage nouvelles kreatys

• Les nouvelles et les photos •

Les premières sont des brèves, un lien vers un article de votre blog, une illustration que vous chargez depuis la page d’accueil en cliquant sur « partager une nouvelle / télécharger une photo » et qui ne seront accessibles qu’à vos contacts (et aux leurs s’ils réagissent à votre contenu). Les nouvelles et les photos sont pour moi dans la même catégorie dans le sens que les 2 sont des actions rapides, plus spontanées que les articles.

 

• Les articles ou posts •

Les deuxièmes sont des articles plus complets qui expliquent un sujet, répondent à une problématique ou analysent une actualité et seront visibles par tous les membres de LinkedIn. Pour rédiger un article il suffit de cliquer sur « publier un post », à côté de « partager une nouvelle », ou, lorsque vous êtes sur Pulse, en haut à droite, sur « publier un article ».

 

► La portée n’est donc pas la même. Les nouvelles permettent une publication et un contact réguliers avec votre réseau de relations car elles sont courtes et contiennent souvent un call to action comme un lien vers votre site par exemple. Vous pouvez aussi repartager un article qui vous a plu.
Les articles sont plus longs et plus complets et sont publiés bien moins souvent. Ils vous servent à mettre en valeur vos connaissances et votre expertise auprès de vos relations mais aussi de ceux qui ne vous connaissent pas : idéal pour agrandir son réseau.

Enfin, vous pouvez également publier sous forme de commentaire en répondant à des articles ou des sujets dans les groupes de LinkedIn. Mais attention à rester professionnel lorsque vous exprimez votre opinion, cela pourrait nuire à votre réputation ou à celle de votre entreprise!