Application métier : progiciel ou développement spécifique ?

 

Digitalisation, dématérialisation des processus… Vous avez le projet d’équiper votre entreprise d’un logiciel dédié à votre métier. Deux solutions s’offrent à vous : faire développer une application spécifique ou utiliser un progiciel. Alors laquelle choisir ? Voici ma réponse.

Si vous avez un processus métier standard

Si votre façon de travailler n’a aucune spécificité, si vous travailler comme la plupart des professionnels dans votre domaine, il y a de fortes chances qu’il existe un progiciel créé et adapté à votre métier dans ses grandes lignes. C’est souvent le cas dans les domaines très réglementés comme la comptabilité, les professions médicales…

Je vous conseillerais donc de faire le tour des progiciels dédiés à votre métier et de choisir. En revanche, je vous déconseille de détourner l’utilisation d’un progiciel non dédié précisément à votre métier ou bien trop générique. Vous risquez de grandes déconvenues sur le long terme.

Souvent il arrive que l’entreprise croit travailler comme ses confrères mais ce sera dans les petits détail qu’apparaîtra le diable.

Développement d’application métier spécifique et sur mesure

Si vous avez un processus métier particulier

Dans ce cas inutile de regarder les progiciels si ce n’est pour vous inspirer. Mon avis est que l’informatique doit s’accorder à votre manière de travailler pour l’améliorer et faire progresser vos processus. Ici le développement spécifique sur mesure sera le meilleur choix. Il sera adapté à vos besoins, à vos ressources.

Il sera construit pour durer longtemps et pourra évoluer dans le sens que vous jugerez le plus efficace pour votre entreprise. Il pourra également être développé par paliers successifs, afin de s’accorder progressivement à vos équipes.

Et dans tous les cas…

… ne choisissez pas une implémentation lourde qui nécessite de réaliser des changements à tous les étages de votre entreprise. La solution idéale doit se « brancher » sur l’existant et accélérer vos processus. On voit trop souvent l’inverse.

Enfin, prêtez une attention particulière au degrés d’ouverture et d’inter-communication de la solution choisie.

 

Un cahier des charges ? Est-ce encore utile ?

Les méthodes agiles avec développement par itérations rendent-elles le cahier des charges obsolète ?

Est-ce une perte de temps de réaliser un cahier des charges précis alors que la démarche de développement agile peut le remettre en cause ? Ma réponse est OUI. Mais ce n’est pas tout.

Depuis 1999, j’ai vu et répondu à des centaines de cahier des charges. Et j’ai pu constater que dans la plupart des cas, le résultat final était différent. Différent pour plusieurs raisons :

  • Il est difficile de tout prévoir
  • Lorsque l’on voit la maquette d’un projet, cela donne des idées et annule d’autres
  • On pensait vouloir un rond mais c’est un ovale dont on avait besoin
  • Nous avons réaliser de très beaux (et gros) projets sans cahier des charges au départ.

C’est pour cela que nous avons mis en place une méthode Agile nous permettant d’avancer par itérations, en enrichissant pas à pas le projet.

Autant je peux dire, par expérience, que le cahier des charges n’est plus indispensable, autant je peux affirmer qu’en revanche, savoir ce que l’on veut obtenir et ce dont on a besoin l’est d’autant plus.

Les besoins : la colonne vertébrale du projet. Que le recueil soit fait en interne dans l’entreprise ou en externe, sans eux point de salut. C’est par les besoins que nous pourrons garder un cap, recadrer les réflexions.

Les usages :  comment les individus vont utiliser le produit (site web, application, etc) ? Qu’est-ce que l’on veut leur offrir ?

Mais alors ! N’est-ce pas ce que devrait contenir le cahier des charges finalement ? En effet, un cahier des charges qui va recenser le besoin et formaliser ce que l’on veut obtenir et pour quelles usages sera un document utile.

En résumé : un cahier des charges est optionnel, connaître ses besoins et ce que l’on veut est indispensable. Peut importe le formalisme.

Si vous voulez rédiger un cahier des charges utile et complet, en plus de l’article présent, voici quelques astuces (5 conseils pour améliorer votre cahier des charges) : http://blog.kreatys.com/5-conseils-pour-ameliorer-votre-cahier-des-charges/

 

Astuce cahier des charges application web ou mobile

Jouez avec les priorités

C’est une première étape classique de classer les fonctionnalités par grands groupes. En complément, une approche par priorité à l’étape cahier des charges est très intéressante. L’idée est de définir un certain nombre de priorité dans le temps et d’obtenir une vue « temporelle » du projet.

Cela va vous permettre de fixer des jalons dans le temps et de mettre en production plusieurs versions améliorées. Cela va aussi permettre à votre prestataire de découper des lots et de gérer plus finement le budget.

owl-conseils

Voici un exemple de classement en 3 priorités que je trouve très intéressant :

a- Le groupe des fonctionnalités minimum pour démarrer le projet. Ce sont les fonctionnalités vitales sans lesquels le projet ne sert à rien.

b- Le groupe des fonctionnalités substantielles pour que le produit soit adapté au marché. Pour qu’il soit équivalent ou meilleur que la concurrence par exemple.

c- Le groupe des fonctionnalités annexes qui sont plus du domaine du confort, du gadget, des automatisations, etc.

La tentation est forte de tout mettre dans les groupes a et b. Pour éviter ce piège, on pourra se poser les questions suivantes :

« sans cette fonctionnalité est-ce que mon projet fonctionne ? »

– si non = a
– si oui = b ou c

« avec cette fonctionnalité est-ce que mon projet va se développer  ? »
– si non = c
– si oui = b