Etude de cas : Novascrib

Présentation de Novascrib

Novascrib est une startup spécialisée dans la formation et la certification en langue française écrite. Issue du projet universitaire « CertiRedac », Novascrib est actuellement en incubation chez Linksium.

Tout débute sous l’impulsion de Julie Sorba et Françoise Boch, toutes deux enseignantes chercheuses à l’Université de Grenoble-Alpes au sein du laboratoire Lidilem (Laboratoire de Linguistique et Didactique des Langues Etrangères et Maternelles.) Ce laboratoire est né en 1987 de la fédération de cinq centres de recherche. Elles ont constaté qu’un vrai mode de communication se développait avec l’usage des outils numériques, en particulier, les mails.

Bien orthographier ne suffit pas à se faire comprendre par écrit, aujourd’hui, il est nécessaire d’écrire vite et bien de manière concise.

Elles ont développé une méthode basée sur un algorithme, fruit de 15 années de recherche, et destinée à augmenter les compétences rédactionnelles notamment au niveau argumentaire. Celle-ci a été approuvée par un psychomotricien indépendant afin de juger de sa fiabilité et validée par l’Université Grenoble-Alpes.

La sympathique équipe de Novascrib !
La sympathique équipe de Novascrib !

Le défis à relever et les contraintes

Les fondatrices souhaitaient « digitaliser » leur algorithme, et passer d’un outil basé sur des QCM et productions papier à un outil entièrement informatisé.

Elles souhaitaient également disposer d’une plateforme web pour gérer tout un processus allant de l’inscription à une certification jusqu’à l’examen final et la délivrance d’un certificat numérique.

Novascrib a fait appel à Kreatys pour réaliser l’ensemble des prestations techniques nécessaires au fonctionnement du système tel que le souhaitait les fondatrices.

Parmi les contraintes fortes il y avait :

  • Respecter le métier tel que pensé par les fondatrices
  • La numérisation de l’algorithme  issue des recherches des fondatrices : il devait être parfaitement adapté au monde numérique.
  • S’assurer que le matériel hétérogène utilisé pour les examens de certification soit fonctionnel et sécurisé.
  • Permettre de gérer numériquement chaque étape et chaque intervenant : rédacteur, admirateurs, candidats, entreprises, surveillants et correcteurs.
Novascrib.fr
Novascrib.fr

Notre solution

Kreatys a proposé une solution sur mesure permettant d’informatiser l’algorithme tout en le rendant souple à paramétrer. L’utilisation d’une plateforme web permet de centraliser les informations essentielles et organise un travail collaboratif tel que pensé par les fondatrices.

  • Création du coeur de l’algorithme numérique
  • Création d’un outil intégré permettant aux divers intervenants de collaborer chacun à leur niveau d’intervention :
    • Les rédacteurs peuvent créer des questionnaires pour alimenter l’algorithme
    • Les candidats peuvent tester et s’inscrire à des exemens
    • Les surveillants choisissent et pilotent un examen et s’assurent du bon déroulement
    • Les correcteurs disposent d’outils de contrôle
    • Les administrateurs peuvent tout contrôler et organiser les examens.

Kreatys a proposé une méthodologie AGILE basée sur des itérations (SPRINT) de 2 semaines permettant de livrer régulièrement une version partielle du projet.

Cette méthode nous permet de co-développer en tandem avec Novascrib, comme si nous faisions partie de l’entreprise. Nous pouvons ajuster le développement à la réalité toutes les deux semaines. Ceci nous a permis d’avancer sereinement et de respecter les délais de production.

Le résultat

Nous avons choisi les technologies et les solutions pour les mettre au service du projet.

Après quelques mois de développement par itération, Novascrib dispose de l’outil tel que les fondatrices l’avaient pensé.

Novascrib a déjà remporté un fort succès auprès d’un grand nom de la restauration rapide qui est vivement intéressé afin de faire progresser ses managers.

 

Pour en savoir plus et sources : http://lessor.fr/Novascrib-une-formation-innovante-pour-ecrire-juste-concis-et-surtout-etre-compris-17399.html et http://www.grenoble-ecobiz.biz/jcms/rec_649127/fr/novascrib-pour-mieux-ecrire

Etude de cas : Valthoparc, besoins et défis à relever

Présentation de Valthoparc

Valthoparc Premium est le service de voiturier de la station de ski de Valthorens. Les voitures, souvent luxueuses, sont prises en charges dès l’arrivée des clients directement à leur hôtel. Puis elle sont garées avec soin par un voiturier dans des stationnements couverts réservés.

Cette prestation Premium implique tout un processus de prise en charge du véhicule avec un maximum de traçabilité et de sécurité : gestion des emplacement, des RDV, des clefs, de l’immatriculation et de l’état général du véhicule.

Valthoparc a d’abord mis en place son service Premium en utilisant des outils classiques : tableur excel, fiches papier, document contractuel papier avec copie carbone, étiquettes, etc.

Victime de leur succès, plusieurs problèmes sont apparus : écriture manuscrites et erreurs, lisibilité des copies carbone, traçabilité et coordination difficiles.

Valthoparc Avant
Valthoparc Avant

Notre solution

Valthoparc a fait appel à Kreatys pour réaliser la “digitalisation” de tout le processus : de la commande à la restitution finale du véhicule. C’est à dire de remplacer tout le processus écris et manuel par des automatisations et des flux numériques.

Une des contraintes forte du défis à relever était de s’adapter totalement à la manière dont Valthoparc voulait travailler. Après analyse des besoins et des contraintes, Kreatys a proposé une solution sur mesure basée sur une application mobile sur tablette connectée à une application web centralisant l’ensemble du processus.

Nous avons réalisés une application Android tournant sur une tablette 10 pouces Samsung permettant de réaliser la prise en charge des véhicules et les états des lieux.

Valthoparc Après - liste des arrivées sur la tablettes
Valthoparc Après – liste des arrivées sur la tablettes

L’application web permet l’administration de tout le processus et la visualisation des tableaux de bords et planning. Chaque opérateur dispose de l’outil qui lui permet de faire son travail.

Valthoparc Après - tableau de bord sur la web app
Valthoparc Après – tableau de bord sur la web app

Une passerelle a également été mise en place afin d’intégrer les donnés de vente des logiciels de caisse et du site internet de Valthoparc.

Après 10 semaines de développement le système a été testé et validé par les acteurs de Valthoparc Premium en situation réelle.

Les résultats

Alors qu’avant, il fallait remplir des feuilles papier, les faire signer et les classer, dorénavant les intervenant disposent de toutes les informations pré-remplies et sans erreur sur la tablette. La prise en charge du véhicule et l’état des lieux sont automatisés. Du bout des doigts, le voiturier peut prendre des photos et bientôt des vidéos.

Les administrateurs peuvent consulter les planning de réservation et de restitution en temps réel.

Valthoparc Après - Prise en charge du véhicule sur la tablette
Valthoparc Après – Prise en charge du véhicule sur la tablette

Les saisies sont limitées au strict nécessaires. Les interfaces proposent des contenus préprogrammés. Par exemple, lorsqu’il s’agit de faire le tour de la voiture et noter les rayures, il suffit de taper du doigt sur la tablette à l’endroit désiré. Pratique et rapide !

Enfin, la signature électronique et la génération des documents contractuels sont automatisés et directement envoyés par email aux signataires.

Au final : plus d’erreur de saisie, intégration de tous le processus métier de la commande à la restitution finale du véhicule, traçabilité et qualité améliorée, communication et collaboration des acteurs améliorées.

Référencement : L’art de choisir ses mots pour Google et la sémantique

Tous les mots ne sont pas égaux : comment produire du contenu pour satisfaire les moteurs de recherche et les internautes ? Grâce à la sémantique.

Du contenu pour le lecteur

Le premier réflexe lorsque l’on rédige un contenu est de le faire pour informer le lecteur. On essaie de rédiger de jolies phrases. On évite les répétitions. On choisit certains mots afin de faciliter la lecture. Ou bien on utilise des mots chocs pour attirer l’attention. Bref, on se remet dans la peau de l’écolier qui rédige du bon français pour avoir une bonne note.

Cette méthode est parfaite pour écrire un texte littéraire ou une accroche marketing. Pour ce qui est des moteurs de recherche ce n’est que peu efficace. Car Google est une machine qui classe et qui applique des algorithmes.

Du contenu pour Google et les moteurs de recherche

Alors on se renseigne et on va vouloir écrire pour être en première page de Google. Les moteurs de recherche font deux choses fondamentales :

  1. Ils classent et font des statistiques sur tous les mots de vos pages. Les images sont exclues.
  2. Ensuite, ils appliquent des algorithmes de recherche lorsqu’ils doivent fournir des résultats.

Les algos, on ne les connaît pas ou très peu. Ce qu’il faut retenir c’est qu’ils sont fait pour améliorer la pertinence d’une recherche. Le but du moteur étant de vous fournir la meilleure réponse possible.

Voici un exemple : si toutes les personnes qui cherche avec les mots « traduction anglais » finissent par cliquer sur des sites de dictionnaires, ces sites vont remonter en premières positions. Si par contre, pour la même recherche, les personnes cliquent plus souvent sur des sociétés de traduction, ce sont elles qui se positionneront en tête.

Il existe beaucoup d’algorithmes. Et ils changent souvent. Autrement dit, tous les algorithmes d’optimisation nous échappent parceque nous n’avons aucun moyen de les contrôler. Que nous reste-t-il ?

La sémantique ! Mais c’est quoi ?

La sémantique. C’est l’art de choisir les bons mots et de les organiser correctement sur la page pour que le lecteur comprenne ce que l’on veux exprimer et Google aussi. Il existe des outils pour nous aider (ex: http://1.fr).

Prenons un exemple : dans le contexte d’une voiture, certains mots seront prépondérants. On lira des mots ensemble comme : consommation, carrosserie, pneus, options, diesel, airbag, etc. Cest le contexte lexical qui va donner plus de poids à ces mots.

En contre exemple, dans le contexte d’un voiture, le mot « aubergine » aura un poids très faible. Alors que cela pourrait être une belle couleur de carrosserie… =)

Finalement, cela reste une question de bon sens. Une machine ne pouvant pas encore être aussi souple qu’un esprit humain, on lui fabrique des artifices pour s’en approcher. Et le bon sens nous dirait que si dans mon texte j’écris les mots chevaux, pneus, volant, moteur, essence, phares, c’est que je fais référence à un véhicule et pas au tiercé du jour. Google fait la même chose.

Comment se servir de la sémantique ?

Voici une méthode simple :

  • Définissez une cible de 2 ou 3 mots ou expressions liés à votre contenu (ex: voiture diesel occasion Grenoble)
  • Faite une liste de mots qui vont avec votre contexte (ex : consommation, pneus, équipement, phares à led, crédit, reprise, garantie, isère, rhone-alpes… vous avez compris…)
  • Utilisez ces mots dans votre rédaction
  • Faites des répétitions : plutôt que de remplacer les sujets par il(s) ou elle(s) répétez le mot.